MÉDINA BAYE : Un site touristique religieux incontestable

Par Seynabou GAYE

La particularité du tourisme religieux réside dans la motivation du déplacement. Aussi appelé « Tourisme de la foi », il est le fait d’appréhender dans le contexte du tourisme les Lieux Saints et la visite que des personnes ou les communautés de diverses convictions religieuses y effectuent dans un but de pèlerinage, de recherche, de découverte et de rassemblements religieux. Cette forme de tourisme est une réalité. Plusieurs pays l’ont compris et ont développé des structures d’accueil et des filières d’attrait touristique. Il en est ainsi en Arabie Saoudite (la sainte Mecque et Médine ville du Prophète de l’Islam), en Jordanie (avec les vestiges de Petra), en France (les monastères médiévaux, le sanctuaire marial de Lourdes, etc.), au Maroc (la ziarra de la zawiyya de Cheikh Ahmed Tijani Chérif à Fez), en Egypte (l’Université Al Ahzar, les mosquées anciennes et les vestiges pharaoniques).

Ce même potentiel riche existe dans la cité de Médina Baye Niass. Cette réalité est confortée par sa vaste communauté de disciples à travers le monde, entre 300 et 500 millions de personnes. Cette perspective détient donc des atouts de développement pour la ville de Kaolack. Cette ville est ellememe très connu à travers le monde grace au fait qu’elle abrite le foyer central de la « Fayda Tijaniyya »

Ce quartier de Médina Baye, logé dans la commune de Kaolack, est l’un des rares lieux au Sénégal où se regroupent plus d’une vingtaine de colonies de nationalités différentes. Ce lieu saint, également appelé « Cité de la Lumière » abrite la grande mosquée construite par le Cheikh AL Islam, Mawlana El Hadj Ibrahima Niass point de convergence de toutes les races du monde qui y viennent pour faire leurs ziarras et découvrir les mystères que renferme cette localité. Pour cette forme de tourisme, Il n’y a pas de haute ni de basse saison dans cette localité, on y note toujours la présence des touristes. Même si c’est en la période du Gamou et lors des ziarras que le taux d’arrivées est plus important.

En cette période de pandémie COVID 19, toutes les activités touristiques sont au ralenti dans plusieurs pays du monde. Le Sénégal n’est pas en reste. Les frontières (terrestres et aériennes) sont fermées depuis le mois de Mars dernier, ainsi que les structures d’accueil (hôtels et auberges). Cela a induit une baisse de recettes fiscales et un engrangement de devises dans  l’économie nationale dans laquelle, le tourisme est la deuxième activité économique après la pêche.

Le virus n’a pas empêché les disciples de Baye Niass de voyager pour assister à l’enterrement de son quatrième khalife Cheikh Akhmed Tidiane Ibrahima Niass. La question à se poser est de savoir : « il est sûr, que la venue annuelle des étrangers du reste de l’Afrique et d’ailleurs à travers le monde pour visiter la cité Sainte de Médina Baye et assister à ses événements a, à chaque fois, un impact économique au Sénégal et particulièrement dans Kaolack ».

Il faut le rappeler, le tourisme est un secteur transversal qui impacte sur diverses activités dont le transport et l’hébergement, la restauration, l’emploi des jeunes, le commerce formel et informel, etc.

Il est temps donc, que Médina Baye qui accueille chaque année des milliers de disciples et qui n’a actuellement que la Maison des Hôtes, aille plus loin au-delà de cette seule infrastructure d’hébergement pas capable de recevoir ce monde durant ses grands évènements. Le « Capital » de la « Fayda » doit être modernisé et valorisé grâce aux atouts du tourisme religieux qui est incontestable dans cette ville. Et cette stratégie, c’est maintenant qu’elle doit être mise en œuvre !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

0FansJ'aime
3,801SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -

Latest Articles